Yohoho ! Bienvenue chez les Fous ! Very Happy
{ Ainsi que chez les Psychopathes, les Névrosés et les Psychotiques~ }
Forum rassemblant tous les tarés (et autres~ ) de notre Monde pavé de pervers en tout genres !

Venez vous inscrire et déconner avec nous ! tongue

On vous attend~

{ S'inscrire pour voir l'intégralité du forum~ }



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
26/08/12 : New Thème ! Il vous plaît ? Very Happy Hey, éleveur du jeu virtuel Dragonea, ça vazgouille ? Very Happy Comment ça c'est ça " gazouille " ? N'importe quoi ! Bref, ici , tu es chez toi, à condition d'être un névrosé , un psychopathe, un fou, un psychotique... Tant que t'es dérangé de la tête, ça nous va ! Passe un agréable moment in the Crazy Corporation ! /o/

Partagez | 
 

 Chapitre 1 ~ Encounter with the God

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voodoo Doll
*
*
avatar

Other : Merry Christmas !
Messages : 552
Date d'inscription : 05/08/2012
Age : 20
Localisation : En admiration devant Hyuk ♥
Humeur : A psychopath is better than no path.

MessageSujet: Chapitre 1 ~ Encounter with the God   Dim 11 Aoû - 8:42

Chapitre 1 ~ Encounter with the God

« KangIn ! Viens avec moi, je vais chez le coiffeur ! »

« Encore ? » s'exclama LeeTeuk qui observait la scène assit sur un canapé rouge, jouant avec son téléphone. « Tu vas nous faire quelle couleur maintenant ? Du vert ? »

RyeoWook vouait un véritable culte à sa chevelure, qui devait changer de couleur trois fois par semaine. Il arborait en ce moment des cheveux blancs à reflets roses, qui lui avait valu le surnom de "Tête d'Ail". Mais malgré les railleries des membres de son groupe, il n'abandonnait pas ses expériences capillaires, qui lui permettait, disait-il, de "trouver son véritable soi".

« Hmmm... KangIn ? C'est quoi ta couleur préférée ? » demanda RyeoWook à son petit ami.

« Le blanc, pour... Tu vas quand même pas te décolorer les cheveux jusqu'au blanc parce que c'est ma couleur préférée, rassure-moi ! »

« Et pourquoi pas ? » répondit innocemment RyeoWook. « Je n'ai encore jamais essayé cette couleur. »

KangIn passa sa main sur son visage.

« Si tu décolores tes cheveux, ils s'abimeront énormément et tu pourras plus les teindre à nouveau après. Et puis tu ne pourras jamais avoir un blanc parfait. »

Les coins de sa bouche s'étirèrent pour former un petit sourire ricanant.

« Et tu vas devenir un vieillard en quelques minutes. »

RyeoWook fit une petite moue. Il avait beau aimer KangIn, il fallait avouer que l'amour ne l'empêchait pas de se moquer de lui.

« Rolalaaaa, arrête de faire la tronche. Depuis le temps qu'on est ensemble, tu pourrais t'habituer non ? » soupira KangIn en entourant ses épaules de ses bras. « On va y aller, chez ton coiffeur. Et avant le blanc, passe par le blond, pas la peine de faire radical dès le début. »

Le jeune homme sourit. Son aegyo d'enfant contrarié le faisait toujours craquer. Il se retourna et se hissa sur la pointe des pieds pour embrasser son petit ami. Pour tenter de l'embrasser. KangIn faisait au moins une tête de plus que lui, et toucher ses lèvres était toujours une tâche ardue pour le petit RyeoWook. Amusé, KangIn se baissa et attrapa son "petit" ami afin de le porter à sa hauteur. Dans un léger rire, celui-ci put finalement poser ses lèvres sur celles de KangIn. LeeTeuk quitta le canapé, levant les yeux au ciel devant tant de niaiserie. Qui aurait cru qu'ils allaient finir ensemble ?

**********************************

Le salon se trouvait à quelques centaines de mètres de leur immeuble, dans une petite rue où travaillait également une boulangère qui faisait d'excellents pains aux amandes que RyeoWook adorait manger après une séance de coiffure. Le nom était un jeu de mot anglais sur l'homophonie entre "hair" et "hare" : "The Hare's Burrow", ou "Le Terrier du Lièvre", du cheveu si on se base sur l'écoute. Les tenancières étaient trois Britanniques, qui parlaient coréen avec un fort cent anglais.
La plus vieille, Cathy, devait avoir la cinquantaine et était une fan absolue des chats. Sur son tablier cousu main se dessinaient deux chatons jouant avec une pelote de laine rose et ses boucles d'oreilles reflétaient son amour de la race féline. Elle en changeait tous les jours, et pourtant ne portait jamais les mêmes. Tantôt un chat noir de dos à la queue recourbée, tantôt une empreinte de patte violette, tantôt un Hello Kitty souriant, qu'elle avait du emprunter à sa fille. Sa chevelure grisonnante parsemée de mèches blondes dévoilait son désaccord avec le Temps qui marquait de plus en plus sa peau.
La cadette, Clover, était une jeunette de vingt-trois ans plus portée sur la drague que sur son travail. Ses jupes ultra-courtes et son décolleté plongeant attiraient tous les regards du sexe opposé, et elle en était fière. Mais malgré cela, elle était toujours célibataire, n'ayant pas encore trouvé son "prince charmant". A chaque fois que RyeoWook venait, pratiquement toujours accompagné de son petit ami, elle lui promettait qu'elle allait le faire devenir bi, tandis que KangIn promettait à la coiffeuse une mort lente et douloureuse si cela arrivait.
La benjamine, Mia, était le parfait archétype de la coiffeuse blonde dans tous les sens du terme. Âgée de seulement 19 ans, elle était la nièce de Cathy, qui l'avait entraîné dans cette merveilleuse aventure qu'était la série C, autrement dit "Coiffure, Couture et Chasse au mari". Elle "kiffait" le rose, le shopping et les peluches à gros yeux, de préférence roses ou violettes, et parlait comme tous les gens sortant d'un lycée de la banlieue de Londres. Totalement idiote, elle ne savait toujours pas comment fonctionnaient les ampoules et n'avait jamais entendu parler d'une quelconque loi physique. Sortie très tôt du parcours scolaire normal, elle avait eu de justesse son CAP Coiffure, heureusement aidée par sa chère tata Cathy. Sa personnalité de racaille banlieusarde contrastait avec son physique de poupée Barbie, ce qui choquait souvent les gens de prime abord.

Le salon ressemblait à un temple bouddhiste, malgré les goûts des tenancières. Il fallait dire que la véritable tenancière, partie à la retraite depuis un an et des poussières, adorait tout ce qui se rapprochait de près ou de loin à l'Inde, y compris les Bouddhas en jade made in China. Ce qui faisait du salon un autel indien, avec ses bougies d'encens et ses petits éléphants en marbre disposés un peu partout, comme si l'acheteuse avait eu une promotion pour un lot de cent de ces statuettes.

Une tintement de clochette avertit de l'arrivée des deux hommes, et Cathy vint à leur rencontre.

« Mes petits chatons ! Entrez, entrez ! Alors RyeoWook, quelle couleur aujourd'hui ? Orange ? Bleu avec des reflets verts ? »

« Hum... Et bien... J'aimerais du blanc... Du blond ! » se reprit-il en croisant le regard désapprobateur de KangIn.

« Blond ? » soupira Cathy. « Tu es sûr ? Je suis sûre que le rouge carmin t'irait à merveille ! »

KangIn prit la parole à la place de son petit ami.

« Non merci Madame, nous avons opté pour le blond. N'est-ce pas RyeoWook ? »

« Euh, oui... Effectivement. »

« WOOKIIIIIIIE ! »

Une Clover surexcitée attrapa RyeoWook dans ses bras sous le regard meurtrier de KangIn.

« Alors, toujours gay ? » lui demanda-t-elle, ignorant royalement le petit ami de sa proie.

« Oui il l'est toujours, alors arrête de le harceler avant que je ne porte plainte pour harcèlement sexuel à répétition. » dit KangIn, coupant une nouvelle fois la parole à RyeoWook.

La coiffeuse recula. Il faisait vraiment peur quand il s'y mettait. Une voix dans son dos la fit sursauter.

« Arrête de faire ta flipette, Clover. Tu me colles la honte. » la rabroua Mia, le chewing-gum dans sa bouche déformant sa voix fluette. « Je croyais qu'aucun homme te faisait peur ? »

« Auncun homme hétéro ! Les gays résistent à mes charmes, c'est énervant. »

« Calmez-vous les filles ! » intervint Cathy. « Je crois que nos clients s'impatientent ! Clover, conduit RyeoWook dans notre nouvelle salle. KangIn, tu peux attendre ici. À moins que tu ne veuilles aussi une nouvelle couleur ? Du bleu marine ? Du rose ? »

« ... Ma couleur actuelle me convient parfaitement. »

« Pfff, le brun c'est triste. Bon, c'est pas grave. Clover ! Qu'est-ce que tu fiches encore ici ! Je t'avais demandé d'emmener RyeoWook dans la salle ! »

« La salle ? Vous avez agrandi ? » questionna RyeoWook, curieux.

« Et oui ! » lui répondit Clover. « C'est pour les clients fidèles, comme toi ! Une grande salle tout confort ! Y'a même une télé ! »

Elle lui attrapa le bras pour l'entraîner vers la nouvelle porte. KangIn fronça les sourcils.

« Vous êtes sûre que c'est une bonne idée que ça soit Clover qui le coiffe ? Elle pourrait tenter de le violer. »

RyeoWook s'arracha à la prise de la coiffeuse pour déposer un rapide baiser sur les lèvres de KangIn.

« Ne t'inquiètes pas, malgré les apparences, je sais me défendre. Tu le sais bien. » le rassura-t-il dans un sourire.

« Mouais... Allez, vas-y. Je t'attends ici. Je vais m'amuser, regarde moi ces splendides magazines sur la déco intérieur. »

« À tout à l'heure ! »

**********************************

La salle était énorme et plongée dans l'obscurité. Clover appuya sur un petit interrupteur et tout s'éclaira. Au centre de la pièce se trouvait un gros fauteuil marron rembourré en face duquel se trouvait effectivement un écran plat qui semblait coûteux. Chaque coin du plafond était occupé par une enceinte, ainsi l'immersion serait totale devant la télévision. Une épaisse moquette verte couvrait le sol, les murs étaient peints en taupe. Comble du kitsch, un palmier en pot trônait à droite de l'écran plat et une tapisserie indienne représentant la mort de Bouddha recouvrait une partie du mur de gauche. Autrement, la salle était vide.

« Installe-toi. » lui dit Clover. « Je vais chercher tout ce qu'il me faut. »

Sa voix tremblotait sur les dernières syllabes. RyeoWook s'interrogea quelques secondes avant de décider que ça ne le concernait pas. Il s'installa sur le siège, si moelleux qu'il sentit ses paupières tomber de sommeil en se calant contre le dossier. Les accoudoirs possédaient de petits encoches sur tout le long. Il ne savait pas à quoi elles servaient, et ne voulait pas savoir. Il était si bien...

Une vingtaine de secondes plus tard, il entendit la porte s'ouvrir.

« Clover ? C'est toi ? Tu as tout ce qu'il te faut ? »

Une voix gutturale, profonde, retentit dans l'immense pièce.

« Je ne suis pas Clover. Moi... Je suis... Je n'ai pas de nom. »

**********************************

« KangIn ? » commença Cathy. « Je sors avec Mia. Je te fais confiance pour garder le salon. »

« Tu sors ? Et vous allez où ? »

« Un rendez-vous... » souffla Mia très bas. « Urgent. »

Elles disparurent après ce dernier mot. KangIn n'avait pas perçu la tristesse et le regret dans sa voix.


**********************************

La peur commença à croître dans l'esprit de RyeoWook.

« C... Comment ça vous n'avez pas de nom ? Qui êtes-vous ? »

Il tenta de se lever mais une main à priori féminine le plaqua contre le dossier du siège. Elle était en face d'elle. Une femme. Son visage était caché par un masque blanc, lisse. Deux fentes lui permettait de voir, mais pas d'être vue. Son autre main portait des sortes de ceintures. Elle les leva devant son visage.

« Ne bouge pas. Ne bouge pas. Tu ne vas plus bouger. »

Sa voix était déformée par le masque qu'elle portait. Elle devenait grave, rauque, inhumaine. Elle passa une ceinture autour de son torse et l'attacha à la chaise, les autres passèrent dans les encoches et finirent de l'immobiliser.

RyeoWook était terrifié, il sentait les larmes lui monter aux yeux.

« Et si on commençait cette coupe ? Ne t'inquiètes pas, je ne vais pas te rater. » déclara-t-elle en sortant un couteau de la poche de son jean.

Il ne sentit d'abord rien, hormis ses pleurs de terreur sur ses joues et la voix grave de la femme.

« Tu sais, j'avais un chat quand j'étais petite. Il était tout noir, tout petit. Quand j'ai eu la révélation, j'avais dix ans et demi. Je m'ennuyais. Et il dormait à côté. J'ai saisi sa queue et je l'ai lancé de toutes mes forces sur le sol. Son sang était chaud. Si chaud. J'aimais cette sensation de moiteur sur mon corps. C'est là que j'ai compris que la douleur des autres faisait mon bonheur. »

La lame pénétra le cuir chevelu. RyeoWook hurla. Un cri de douleur pure. Ses larmes coulaient sans discontinuer. Il ne pouvait pas s'arrêter, la douleur fusait dans tout son corps. Le couteau continua son chemin et détacha le scalp des muscles.

« AAAAAH ! ARRÊTEZ ! KANGIN ! »

« Tu as mal n'est-ce pas ? Hurle. Pleure. Personne ne t'entendra. Personne ne t'entendra plus. Dis-moi, tu tiens à ta voix ? »

La lame s'était arrêtée. La peau pendait sur le côté de sa tête, retenue par un petit centimètre de cuir chevelu. L'air sur l'épiderme à vif rendait le supplice encore plus insoutenable. Il ne pleurait plus. Il ne pouvait plus. Il n'avait plus la force.

Une main saisit le scalp et tira un grand coup. Un hurlement bestial brisa la voix de RyeoWook. Il sentit un liquide chaud couler sur son visage et entrer dans sa bouche ouverte. La viscosité du sang frais colla sa langue et ses lèvres. Il baissa la tête, et regretta son geste quand un souffle tiède frôla sa peau à nue, lui arrachant un gémissement incompréhensible. Quelque chose lui saisit le menton et le releva. Devant lui, un morceau de chair dégoulinant de plasma, planté de quelques touffes couleur d'ail. Son scalp.

« Il ne faudrait pas que tu meures tout de suite. Je veux encore m'amuser. »

Elle soigna son cuir chevelu, et quelques minutes plus tard, c'était cicatrisé. La douleur avait presque disparu.

«Lai... Laissez-moi partir... Je vous en... Supplie... » implora-t-il d'une voix méconnaissable, devenue rauque, enrouée.

« Pourquoi donc ? J'ai bien le droit de m'amuser, Kim RyeoWook ! Attends-moi ici, je vais te montrer mon jouet préféré. »

Il n'avait plus mal quand elle revint, mais son crâne le démangeait atrocement. Les larmes coulèrent en cascade quand il vit le seau qu'elle portait. Et surtout ce qu'il contenait. Un liquide trouble, et certainement pas de l'eau.

« C'est... C'est quoi ? » demanda-t-il d'une voix tremblante de terreur.

« Ça ? C'est de l'acide. Ma chirurgie esthétique. Tu seras tout changé après une séance. Et comme c'est ta première fois, c'est gratuit. »

Sa voix était celle d'une gamine excitée devant sa nouvelle poupée. Même sans voir son visage, on pouvait deviner qu'elle souriait.

C'était un cauchemar. RyeoWook voulait se réveiller, dans son lit, avec KangIn, et recommencer une journée normale. Mais le cauchemar continuait. C'était peut-être ça l'Enfer. Peut-être était-il mort et que, pour une raison ou une autre, il se retrouvait en Enfer.

La femme posa son seau à droite de RyeoWook et se releva en se tenant le bas du dos d'une main.

« Pfou, c'est lourd. Bon, c'est parti ! »

Elle sortit de sa poche une grosse seringue en plastique, comme en ont les enfants qui jouent au docteur, qu'elle remplit d'acide. Elle présenta le jouet à sa victime. Une goutte tombée sur sa cuisse le fit couiner de douleur, tel un petit chiot.

Et, tandis que sa voix lui était enlevée à jamais, il l'entendit. Son rire. Rauque, grave. Dément.

**********************************

KangIn attendait depuis maintenant une heure et demie. Il commençait à en avoir marre. Il se leva brusquement et marcha d'un pas décidé vers la porte de la nouvelle salle.

« C'est pas possible, elle s'est noyée dans sa teinture... » grogna-t-il en pénétrant dans la pièce.

En appuyant sur l'interrupteur, il alluma les Feux de l'Enfer.

**********************************

RyeoWook gisait sur sa chaise de mort, le visage boursouflé, le cuir chevelu à vif, ses vêtements maculés de sang. Elle l'avait libéré quelques minutes plus tôt, mais il n'avait pas eu la force de bouger. KangIn s'arrêta un instant, ne reconnaissant d'abord pas son petit ami. Il s'avança lentement, trop choqué pour dire quoi que ce soit. Quand il arriva au chevet de RyeoWook, un gémissement s'échappa de sa gorge, qui se mua en cri de douleur, puis en hurlement de rage mêlée de souffrance. Les larmes coulèrent, mais il ne savait pas si c'était de la tristesse, de la douleur ou de la rage. Il prit son petit ami dans ses bras, et celui-ci trouva la force d'entourer son cou de son bras tremblant de douleur. KangIn n'osait toucher son visage ravagé par l'acide, encore sanguinolent.

Au milieu du salon, il fut pris d'une violente envie de tout détruire. Mais en shootant dans une poubelle, il arracha un hoquet de souffrance à RyeoWook. Anéanti, il s'assit sur la chaise où il avait attendu quelques minutes avant.

« RyeoWook ? Tu m'entends ? Qu'est-ce qu'il s'est passé ? »

L'interpellé leva la tête et planta ses orbites déformées dans les yeux de KangIn. Il ouvrit la bouche, lentement, mais n'en sortit qu'un grognement, à peine humain. En entendant cela, KangIn serra aussi fort qu'il le pouvt le corps tremblotant de son petit ami, en prenant garde à ne pas toucher sa chair à vif.

« Wookie... Je suis tellement désolé... J'aurais du être là et empêcher cette horreur d'arriver... » dit-il d'une voix déformée par les pleurs.

Des bras le serrèrent à son tour, et il sentit quelque chose couler dans son dos. Était-ce son sang ou ses larmes ?

**********************************

Le retour semblait avoir duré une journée entière. RyeoWook serré contre lui, cachant son visage du mieux qu'il pouvait, ils arrivèrent à leur immeuble et croisèrent YeSung qui s'apprêtait à sortir. Il remarqua les yeux rougis de KangIn, mais pas RyeoWook.

« KangIn ? Il s'est passé quelque chose ? C'est quoi cette odeur ? » le questionna YeSung.

KangIn avait été si choqué qu'il n'avait pas remarqué l'odeur qui émanait du visage de RyeoWook. Celui-ci tourna difficilement la tête et fit face à YeSung, qui retenait sa respiration et failli s'étouffer en voyant le jeune homme ainsi.

« C'est... C'est RyeoWook ? Mon Dieu... Mais qu'est-ce qu'il lui est arrivé ?! Et pourquoi tu l'as pas emmené à l'hôpital ?! Il va mourir si tu le laisses comme ça ! » hurla YeSung, horrifié.

« Qu'est-ce que t'as à crier comme ça Ye... Oh putain... » intervint SungMin qui était descendu en trombe des escaliers.

La main devant sa bouche, il remonta rapidement et couru jusqu'au toilettes. KangIn agrippa le bras de YeSung, une cataracte de larmes inondant son visage.

« Aide-moi... YeSung... » souffla-t-il. « Je ne veux pas qu'il meure... »

L'interpellé secoua la tête, tentant tant bien que mal de se calmer. Ce qu'il avait devant les yeux était si atroce, et si inexplicable... Il ne savait plus quoi faire.

«Emmène-le à l'hôpital, aux urgences. Moi je vais prévenir les autres. Vite, dépêche-toi ! »

Tel un automate, KangIn se retourna et se rua vers sa voiture. Il installa son petit ami aussi confortablement que possible et cala plusieurs fois avant de réussir enfin à démarrer. À chaque virage, chaque freinage, RyeoWook poussait un gémissement de douleur et le cœur de KangIn se brisait un peu plus.

**********************************

Les urgences l'avaient pris en charge immédiatement. La tête dans les mains, KangIn voyait l'amour de sa vie partir sur un brancard roulant dans une salle d'opération dont il ressortirait défiguré à vie et muet.

Quelque d'heures plus tard, le chirurgien l'invita dans la chambre où RyeoWook se reposait, le visage enfermé dans des bandages. Le médecin lui apprit les mauvaises nouvelles qu'il savait déjà : RyeoWook serait dévisagé et muet à vie. Il avait subi une scalpation totale, et on lui avait aspergé le visage d'acide. De plus, le pouce de sa main gauche avait été sectionné.

LeeTeuk trouva KangIn au chevet de son petit ami, le dos de sa main intacte contre son front. Il s'approcha doucement et posa une main sur son épaule.

« KangIn... » commença-t-il. « Tous les concerts prévus sont annulés. La SM est au courant. Tu pourras rester avec lui. »

KangIn ne répondit rien, anesthésié par la douleur. Il ne prêta pas attention à LeeTeuk qui sortait, ni à tous les membres qui vinrent le visiter, ni à la famille de son petit ami, ni à tous les groupes de la SM qui défilaient dans la petite chambre.

Quand vint le soir et la fermeture de l'hôpital, il ne prêta pas attention aux infirmières qui lui répétaient de partir, jusqu'à ce qu'une le secoue par les épaules. Il se leva alors lentement, déposa un léger baiser sur les bandages qui couvraient la bouche et partit à reculons, ne pouvant détacher son regard de cet homme qui avait été si mignon, si beau auparavant.

**********************************

Un peu plus d'un mois était passé. RyeoWook était sorti après une semaine, méconnaissable. Il ne participait plus aux concerts et aux shows. Les fans posaient des questions, que la SM ne manquait pas d'esquiver. Il ne sortait presque pas de sa chambre, et les autres membres prenaient grand soin de lui, surtout KangIn, qui restait avec lui des journées entières.

Un jour, quelques fans radicaux accusèrent la SM et les Super Junior d'avoir renvoyé RyeoWook en secret. Certains les accusèrent même de l'avoir battu. Exaspéré, KangIn leur dit fermement que ce n'était pas le cas, qu'ils n'oseraient jamais faire du mal à un membre. D'autres membres renchérirent, comme EunHyuk et Henry. Mais le mouvement radical gagna du terrain et exigea alors de voir RyeoWook. La SM ne pouvait maintenant plus esquiver. C'est ainsi qu'une énorme opération de chirurgie esthétique fut planifiée.

**********************************

L'opération aurait lieu un jeudi. KangIn se sentait soulagé, il sentait que tout allait redevenir comme avant. Les chirurgiens avaient sa confiance aveugle. La SM et les autres membres du groupe étaient rassérénés : RyeoWook allait retrouver son visage et peut-être même sa voix. Celui-ci rentra à l'hôpital la veille au soir, pour se préparer à la conséquente chirurgie qu'il allait subir. Sa nouvelle chambre était remplie de fleurs, offertes pas Super Junior, SHINee, Exo, SNSD ou f(x). Son visage avait dégonflé et l'on pouvait désormais voir sa bouche, souriante. Heureux, KangIn l'embrassa passionnément.

Malgré des négociations longues et fastidieuses, KangIn dût quitter l'hôpital à la tombée de la nuit. Avant de partir, il enlaça son petit ami tout en lui murmurant bonne chance dans le creux de l'oreille. La porte se ferma, et RyeoWook se retrouva dans l'obscurité de la nuit.

**********************************

Vers une heure du matin, la porte s'ouvrit, laissant pénétrer un rai de lumière dans la chambre fleurie. Une infirmière munie d'une seringue entra et alluma la petite lampe de chevet. Il dormait toujours. Elle perça la veine du coude et injecta le produit contenu dans le réceptacle de l'instrument médical. La piqûre réveilla le convalescent, qui papillona des paupières, ébloui par la lumière diffusée par la petit lampe. Il jeta un regard interrogateur à l'infirmière, une jeune femme aux cheveux courts, bouclés et noirs. Ses tâches de rousseur dansèrent sur ses pommettes quand elle sourit.

« Il est temps de se réveiller, Monsieur Kim. » dit-elle doucement, en détachant les syllabes, alors qu'elle sortait un épluche-légumes de la poche du tablier qui couvrait sa robe bleu ciel.

Les yeux de RyeoWook s'agrandirent d'horreur. Comment avait-elle fait pour le retrouver ? Les larmes roulèrent sur les bosses et les creux de son visage déformé. Les souvenirs de cette séance de coiffure défilèrent dans son cerveau. Un gémissement rauque franchit ses lèvres. Il devait fuir, mais ses membres refusaient de lui obéir. Une main gantée secoua un petit flacon devant ses yeux.

« Tu connais ça ? On l'appelle la drogue du violeur. Tu vas rester bien sage pendant que je termine ce que j'avais commencé. Arrête de fixer monépluche-patate de cette façon. Il est bien aiguisé. Je l'ai testé sur cette vieille peau, Cathy je crois. Les flics ne la retrouveront pas. Elle est bien cachée. Et le deux autres doivent être morte de mort naturelle. La ricine est un superbe poison, si efficace. Alors, on commence ? »

Après avoir été déshabillé sans ménagement, la petite lame entama la peau de son torse légèrement à gauche du téton droit, lui rappelant l'horrible douleur de sa scalpation. Les secondes semblaient des minutes, les minutes des heures. Malgré la drogue, son corps sursautait de temps à autre, incontrôlable. Son mutisme transforma ses cris en grognements bestiaux et ses pleurs en gémissements animaux, comme si la douleur transformait l'humain en chien. La peau quittait son corps pour s'amasser en un tas de longs lambeaux dégoulinants de sang. Après un moment, qui avait semblé durer des heures, le métal froid arrêta sa vile besogne. RyeoWook était exténué. La douleur, si vive, si atroce se réveillait à chaque courant d'air qui soulevait le drap ou la couverture et les plaquait contre sa chair à vif. Il voulait mourir. Maintenant, et rapidement. L'égoïsme avait pris possession de son esprit, il n'avait plus une seule pensée dédiée à autre chose qu'à lui et sa souffrance. Il pria tous les dieux qu'il connaissait, Dieu, Allah, Yahvé. Il implora la Mort de venir le chercher. De sa bouche asséchée par les pleurs monta une longue plainte funèbre. Il tenta de se suicider en se coupant la langue, mais n'avait plus de force.

L'infirmière était assise en tailleur par terre , devant le tas de peau. RyeoWook vit ses bras, ses mains s'activer. Il vit une aiguille entre son pouce et son index. Elle cousait. Avec sa propre chair.

Au bout d'une dizaine de minutes, elle se releva, dévoilant une sorte de grande nappe sanglante.

« Beau travail, non ? » déclara la femme, en se retournant, tout sourire, les mains sur les hanches. « Allez, tu vas l'essayer. »

Elle prit RyeoWook dans ses bras, ne faisant pas attention aux blessures, ce qui arracha moult grognements à ce dernier. Le sang goutait sur le carrelage blanc, créant de petites flaques rouge carmin. Elle le déposa néanmoins avec la plus grande douceur au centre du tissu épidermique. La femme se saisit alors des extrémités et les remonta au-dessus de sa victime. Un bras et une jambe dépassaient. C'est alors que RyeoWook se rendit compte que cette nappe n'était en fait qu'un grand sac destiné à le contenir. Il allait être enfermé dans sa propre peau. C'est à ce moment que les hallucinations apparurent.

Ce n'était plus la femme devant lui. C'était KangIn, entièrement vêtu de noir. Du sang coulait de ses orbites vides. Sa voix était mécanique, inhumaine.

« J'ai fait le sac trop petit. Mais tu vas rentrer, je te promets que tu vas rentrer. »

KangIn, ou plutôt la femme, s'approcha, se pencha, saisit son bras près de l'épaule et tira violemment. Il sentit l'os se briser, l'épaule se démettre. Dans un soupir de contentement, le bourreau replia son bras flasque sous lui. RyeoWook ne sentait plus rien, seulement de lointains élancements. Son cœur ralentissait, son souffle s'amenuisait. Un vague craquement lui indiqua que la femme avait cassé l'articulation de son genou droit et le toucher de la peau de sa jambe contre sa cuisse qu'elle avait été repliée sur elle-même.

Il se réveilla quand la toile de chair se referma sur lui. La panique s'empara de lui, accélérant les battements de son cœur. Au seuil de la Mort, il entendit une voix froide comme la nuit et tranchante comme une dague résonner dans sa prison de peau.

« Tu sais ce qu'est la perfection ? On l'appelle le Néant. Laisse-moi te montrer la perfection. »


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Sept heures pour ce premier chapitre ! Tout le voyage de Naples à Florence ! J'espère qu'il vous aura plu, et que je suis bien arrivée à décrire la douleur : D

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niche
Fan de Fishy qui rêve la nuit d'orgies en Enfer
avatar

Other :
Messages : 147
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 21
Humeur : La vérité est une meringue au citron vert !

MessageSujet: Re: Chapitre 1 ~ Encounter with the God   Dim 11 Aoû - 8:48

Maaah, tu sais déjà ce que j'en pense ^^
Je me lasse pas de relire l'histoire du chat, et la ligne avec l'apparition éclair de SungMin...qui me fait toujours autant rire xD * va se faire soigner *
Oh, et à chaque fois que je lis Clover, je ne peux pas m'empêcher de penser aux Totally Spies ! * repart *

_________________




Dat ass...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flambee.skyrock.com/
ZoroSan
*
*
avatar

Other : Merry Christmas !
Messages : 797
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 18

MessageSujet: Re: Chapitre 1 ~ Encounter with the God   Dim 11 Aoû - 20:29

... WAW. MAIS C'EST VACHEMENT SADIQUE VOTRE TRUC !
... Non pas que ça ma déplaise *-*

Franchement, c'est trop bien écrit, la douleur est bien décrite *-*
Pauvre RyeWookie xD

Et Niche... Moi aussi j'ai pensé aux Totally Spies xD *se sent moins seule*

_________________


Roronoa Zoro est le meilleur bretteur au monde. Ne le bafouez jamais. Ce ne serait pas sage... car je suis... l'Archevêque Guerrière ! Prenez garde à vous, Païens ! Je suis là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salamander
La Louve Perverse
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 11/08/2012
Localisation : De l'autre côté du miroir.

MessageSujet: Re: Chapitre 1 ~ Encounter with the God   Ven 1 Nov - 20:52

c'est hyper gore ton truc, Blacky ... x'D
mon pauvre Wookie ... ;_______; j'me suis grave imaginé la scène ... o.o
m'enfin, j'aime. <3
( commentaire pas très constructif, je sais, mais j'suis trop secouée pour écrire un roman °^° )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 1 ~ Encounter with the God   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 1 ~ Encounter with the God
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels
» Chapitre SM perso: mes "Doom Dragons"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: J'aime écrire. :: There is only one God : his name is Death-
Sauter vers: